Artillerie

Artillerie de campagne

Campagnes et batailles

Documentation disponible

 

 

ARTILLERIE DE CAMPAGNE :
LES UNITES D'ACTIVE ET LES UNITES DE RESERVE

Les régiments de réserve de l'artillerie de campagne ne doivent leur existence qu'à la guerre. En temps de paix en effet, ces unités n'avaient de réalité que sur le papier : quelques officiers désignés, et un tableau des effectifs mis à jour. Au moment de la mobilisation, chaque régiment d'active donna naissance à un groupe dit de renforcement qui, associé à deux autres groupes, forma un régiment de réserve. Celui-ci, bien que conservant administrativement le numéro de son unité originelle, était souvent dénommé sous son appellation fonctionnelle : Artillerie Divisionnaire X, Artillerie de Corps Y, etc.
L'exemple du 215e RAC
Prenons un exemple concret. A la mobilisation, l'unité qui sera dénommée par la suite 215e RAC se constitue en rassemblant les trois groupes de renforcement fournis par les trois régiments d'active du 1er corps d'armée, à savoir les 15e, 27e et 41e RAC. Cette unité, affectée à la 51e division de réserve, se voit donc appelée Artillerie divisionnaire de le 51e Division, ou AD51. Pour autant, les soldats affectés dans cette unité continuent d'appartenir au régiment d'origine : ils appartiennent par exemple au 15e RAC, groupe de renforcement. Cette organisation change le 1er avril 1917 : les trois groupes sont constitués en un régiment autonome, qui reçoit le numéro 215. La mesure ne s'accompagne d'aucune modification autre que de dénomination. Il s'agit alors simplement d'entériner le fait existant.

 

 

 

Artillerie coloniale

Artillerie lourde

Artillerie à pied

 

Des remarques ? Des suggestions ?
Contactez-nous !

Mise à jour :
janvier 2012