Régiments d'infanterie nos 306 à 320

 

Blois (9e DI)

Carnets de guerre du sergent Granger
Université Paul Valéry (Montpellier III), 1997
Né le 28 janvier 1885 près de Blois, l'auteur, un paysan, est mobilisé le 4 août 1914 au 313e RI. Il est sur le front le 9, et y demeure jusqu'au début de décembre 1917, lorsque son unité est dissoute. Il est alors versé au 4e Mixte de Zouaves, avec lequel il finira la guerre. Incorporé à le 18e compagnie du 313, il reste près de deux ans en Argonne, où il participe à tous les combats, est à Verdun pendant l'hiver 1916, attaque au Chemin des Dames en avril 1917.

 

Ladislas Granger a tenu ses carnets au jour le jour, sans aucune lacune, tout au long de la guerre. Malheureusement, les agendas des années 1914 et 1918 ont été perdus. Le reste, publié sans aucune retouche, est un extraordinaire document sur la guerre au quotidien. Granger note tous les faits du jour, futiles ou dramatiques, avec la même concision et la même méticulosité. Les descriptions, les épanchements sont chez lui exceptionnels. L'ensemble constitue un document d'histoire brute qui éclaire au plus près les conditions d'existence et l'état d'esprit de ces soldats qui pendant plus de quatre ans vécurent en première ligne.

 

Le Mans (8e DI, 4e CA)

Un de 14, Louis Fontaine
L'Orme rond, 2013
Ce récit retrace le parcours de Julien Fontaine. Agé de 29 ans, celui-ci est commis chez un entrepreneur en bâtiment à Paris quand il est mobilisé comme caporal au 317e RI. Fin octobre 1914, il est blessé par éclat d'obus et évacué. Après sa convalescence, il est versé dans l'auxiliaire et affecté à l'arrière dans l'administration militaire.
Son fils a reconstitué son histoire à partir de lettres et de documents apparemment peu nombreux, mais dont certains ne manquent pas d'intérêt, notamment ceux datant des jours de la mobilisation et de l'entrée en guerre.

Il a malheureusement cru bon de reconstituer toutes les parties manquantes dans un récit plaisant mais truffé de lieux communs, de rapprochements hasardeux, de références contestables et autres anachronismes flagrants. Les sources originales sont cependant clairement signalées et le livre vaut essentiellement par elles.

Le Havre (53e DI, 35e CA)

Carnets de guerre d'un sergent de mitrailleur, Frédéric Duval
Beauchesne, 1920
Ce livre reproduit sans retouches les carnets de note de l'auteur, qui couvrent les périodes du 2 novembre 1915 au 31 janvier 1916, et du 5 au 17 juillet 1916, veille de sa mort. La lacune, due à la perte d'un carnet, a été partiellement comblée par des extraits de la correspondance. C'est un document intéressant pour la précision de ses descriptions, mais impersonnel et sans densité psychologique. (Témoins, 134-136)


Des remarques ? Des suggestions ?
Contactez-nous !
Mise à jour :
décembre 2013