Chasseurs à pied nos 57 à 72

 

Tours, Stenay

Ce qu'a vu un officier de chasseurs à pied, Henri Libermann
Plon, 1916
Face aux Bulgares
Berger-Levrault, 1917
Le sous-lieutenant Libermann participa à la bataille des frontières puis à la campagne de Serbie, jusqu'à son évacuation en mars 1916. Cru est très sévère à l'égard de son témoignage : "Dieu nous préserve, dit-il, de jamais considérer des oeuvres pareilles comme documents sur la guerre". (Témoins, p.355-358)

 

Verdun

Lettres d'un fils, Jean Pottecher
Emile-Paul, 1926
Engagé en avril 1915, à 19 ans, l'auteur arriva sur le front comme infirmier le 26 juillet 1916. Il y fut tué le 24 juillet 1918. Ce livre rassemble la correspondance qu'il adressa à sa famille. Pottecher était un pacifiste, qui voulut "s'exposer aux coups sans avoir l'occasion d'en donner". (Témoins, p.539-542)

 

Epernay, Saint-Mihiel

Le chass' bi, André Salmon
Perrin, 1916
On sait peu de choses sur la carrière militaire de l'auteur, sinon qu'il fut évacué en 1916. Cru est sans indulgence à son égard. "Que les historiens se gardent d'un document pareil !". (Témoins, p.396-397)

Avec les chasseurs, Louis Thomas
Crès, 1916
Les souvenirs relatés dans ce livre vont d'août 1914 à août 1915. L'auteur a énormément publié pendant et après la guerre, notamment sur les chasseurs et leurs supposés exploits. "Thomas fut le Barrès du front", nous dit Cru. Son témoignage est "négligeable par la qualité comme par la quantité". (Témoins, p.472-477)

 

Grenoble

Lettres de guerre de Robert Dubarle
Perrin, 1918
Mobilisé le 25 août 1914, l'auteur fut tué le 15 juin 1915, alors qu'il avait le grade de capitaine. Son témoignage est aux dires de Cru un "livre excellent" : Dubarle, avocat et député dans le civil, "était un patriote aux idées larges et la guerre a fait de lui un pacifiste." (Témoins, p.514-516)


Des remarques ? Des suggestions ?
Contactez-nous !
Mise à jour :
avril 2003