Chasseurs à pied nos 1 à 16

 

Besançon, Saint-Dié (43e DI, 21e CA)

Avec les Diables Bleus, abbé P. Cabanel
Beauchesne, 1916
Ce sont des récits uniquement descriptifs des combats en Artois (17 juin au 8 juillet 1915) et à Verdun (6 au 17 mars 1916) dans lesquels fut impliquée cette unité - le second étant plus fiable que le premier. (Témoins, p.101-102)

Impressions de guerre, Henri Massis
Crès, 1916 (Réédition augmentée : Plon, 1917)
L'auteur demeura dans cette unité du 20 décembre 1914 au 13 janvier 1915. Après une première évacuation, il fut versé au 26e BCP le 27 juin 1915, puis au 66e BCP avant d'être définitivement évacué le 25 septembre 1915. Mais l'ouvrage ne révèle pour ainsi dire rien de son expérience personnelle. Il lui permet simplement de développer la mystique guerrière qu'il avait ébauchée dès avant le début des hostilités. (Témoins, p.201-203)

 

Dijon, Remiremont (66e DI)

Au Vieil-Armand, Henri Volatier
Beauchesne, 1918
Cet ouvrage est composé d'extraits tirés de la correspondance et du carnet de guerre de l'auteur. Celui-ci arriva au front le 22 mai 1915. Evacué moins d'un mois plus tard, il rejoignit le 31 août, et fut tué le 4 mai 1916. C'est un des rares témoignages laissés par un soldat issu de la paysannerie. Malheureusement, il a été très largement remanié par les éditeurs, "arrangé, corrigé, regrette Cru, car ce paysan écrit beaucoup trop bien." (Témoins, p.549-550)

 

Nice

Carnet de route d'un officier d'alpins, Georges Bertrand
Berger-Levrault, 1915-1916
Cru reproche à ce document de céder aux goûts du jour, et de verser dans la littérature de guerre à cinq sous. Il n'en demeure pas moins un témoignage qui contient des notations de grande valeur. Son auteur fut présent sur le front du 10 août au 27 décembre 1914. Il fut ensuite affecté à un état-major. (Témoins, p.272-274)

 

Nice, Antibes

Carnets de guerre d'un "poilu" savoyard, Fernand Lugand
La Fontaine de Siloé, 2001
Né le 28 janvier 1888, l'auteur, parce que douanier, ne rejoint son unité que le 3 mai 1915. Le 24 juin, il part pour le front avec le 7e BCA, 6e compagnie. Il participe aux terribles combats du Vieil-Armand et du Linge, où il est grièvement blessé le 24 avril 1916. Il est définitivement libéré à la fin de février 1917.

Le récit de Fernand Lugand a été rédigé dans les années 34-35, d'après des carnets de route aujourd'hui perdus. "Il nous reste un texte, nous dit l'éditeur, bien écrit, remarquable de clarté et d'authenticité quant aux personnes, aux lieux, aux dates et aux faits relatés." On y trouve de très belles phrases sur la fraternité d'armes.

 

Annecy (47e DI)

Lettres d'un officier de chasseurs alpins, Ferdinand Belmont
Plon, 1916
Les lettres publiées dans ce recueil vont du 3 août 1914 au 27 décembre 1915, veille de la mort de l'auteur. Celui-ci, mobilisé dans la réserve, fut versé dans cette unité le 2 septembre 1914, après que son bataillon eût été pratiquement anéanti. "Lettres admirables" nous dit Cru, mais le capitaine Belmont est un esprit mystique qui se refuse à condamner la guerre : il la voit comme le châtiment mérité d'une humanité coupable. Malgré cette approche sans indulgence, son témoignage demeure un document de tout premier plan. (Témoins, p.494-497)

 Lettres d'un officier des chasseurs alpins, Belmont - 12e édition, Plon 1917


Des remarques ? Des suggestions ?
Contactez-nous !
Mise à jour :
avril 2003