Cette carte postale est une photographie du tank Mark IV qui fut exposé après la Grande Guerre sur la place de Montbrehain, dans l'Aisne. Il constitua pendant de longues années le terrain de jeu favori des enfants du village, parmi lesquels on comptait le père du docteur Bouderlique. Il fut finalement découpé au chalumeau et envoyé à la ferraille par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

tank1.jpg (63929 octets)


Selon le père du docteur Bouderlique, ce Tank avait été baptisé LURCHER, nom que l'on trouvait peint sur l'un des côtés. Il exprimait sans doute la confiance toute relative de l'équipage dans ses capacités, car si le terme signifie généralement "filou, garnement", et est également le nom d'un chien bâtard particulièrement apprécié par les braconniers pour ses qualités de chasseur, il peut aussi s'entendre comme "celui qui tangue, qui divague, qui louvoie comme un homme ivre" ! ("Dent de serpent" est également un de ses sens archaïques)

Le docteur Bouderlique a pu récupérer la plaque d'identification du moteur, avec le numéro de série. (N° de licence : 18955 ; Moteur n° : 29070) On remarquera que le fabricant prend bien soin de mentionner ses droits dans tous pays... y compris en Allemagne et en Autriche !

Cette plaque est intéressante. Elle nous indique que le moteur sortait des usines de la société Daimler, à Coventry. Celle-ci s'était fait un nom dès le début du siècle en produisant des automobiles de très grosse cylindrée, à la fois performantes et luxueuses, qui lui avaient assuré la clientèle de la famille royale - faveur qu'elle conservera de longues années.
En 1908, Daimler avait racheté les droits de fabrication d'un moteur conçu par un Américain, Charles Yale Knight. Ce moteur Silent était ainsi nommé parce que sa technologie à double fourreau - autrement dit sans soupapes - le rendait (relativement) silencieux et peu sujet aux vibrations. Mais il se distinguait aussi par les énormes quantité d'huile brûlée que rejetaient ses tuyaux d'échappement. Dans sa version la plus puissante - qui fut choisie pour équiper les tanks de l'armée britannique -, il comptait six cylindres pour près de 10 litres de cylindrée !

 

(collection privée © Bouderlique)


Des remarques ? Des suggestions ? Contactez-nous ! mise à jour avril 2002